La recherche artistique

Le processus de création s’articule à la croisée de trois arts :

 

LA MARIONNETTE

 

Alessandra Amicarelli a créé 15 marionnettes taille humaine, doubles de jeunes rencontrés lors d’ateliers: présences en devenir qui tracent les horizons d’une ville future. 

 

12 des marionnettes sur scène sont les doubles d’adolescents rencontrés au cours des ateliers Urban Marionnette.

 

Par tirages successifs, leurs corps ont été dédoublés: du réalisme à la métaphore, ils se sont imprimés dans la matière pour devenir des présences-regards, des témoins de ce voyage dans le corps de la ville.

 

Trois marionnettes identiques ont été ensuite crées: deux complètement blanches, comme des statues articulées, une "en couleur", representent le jeune fondateur mytique et son jumeau assassiné; la troisième est l'archétype d'un jeune contemporain.

 

Plusieurs mythes et traditions littéraires se rattachent à la thématique du double, dans toutes ses variantes possibles.

 

En particulier, nous soulignons l'existence de certains mythes qui relatent de fondations de villes opérées par des jeunes jumeaux, dont un des deux est sacrifié ou tué: c’est à la suite de ce sacrifice qu'une ville est fondée.

 

Le corps de la ville nait du sacrifice d’un double.

 

Le double sacrifié est métaphoriquement le corps de celui qui n’a pas accès à la ville, qui ne participe pas de la vie sociale, c’est l’exclu, la face cachée de chaque civilisation, l’ombre, tout ce qu’elle doit abandonner (perpétuellement) pour pouvoir subsister.

 

Notre recherche se place dans l’exploration et l’investigation de ce corps exclu, de cette immanence invisible et cachée.

 

«Le problème du double nous conduit jusqu'aux sources de la civilisation humaine. Le culte des jumeaux appartient aux institutions les plus anciennes et les plus universelles. Nous devons voir dans le culte gémellaire une concrétisation mythique du motif du Double.

Ce motif émanait de la croyance en une âme double, l'une mortelle et l'autre immortelle.

L'histoire de Romulus et Rémus, d'Amphyon et Zéthos, de Cain et Abel nous montre que de ces frères jumeaux, l'un est assassiné et l'autre crée une ville. Nous devons sans doute voir dans ce meurtre l'idée d'un sacrifice propitiatoire à l'occasion de l'édification d'une cité ou d'une maison.

Mais que signifie cet usage qui exige qu'un homme vivant soit sacrifié pour assurer à un édifice (maison ou cité) une durée longue, voire même éternelle ?»

 

Otto Rank, Le double

L'ECRITURE

 

Julie Linquette a élaboré une cartographie sensible de la ville, inspirée d’un réseau de métro, prenant la forme d'une carte, appelée aussi plan de l’utopie. Cette carte-écriture se compose de mots-clés qui éparpillent le sens en différentes lignes de pensée. 

Chaque étape de création a permis de confronter le plan à l'écriture scénique des actions des comédiens et des marionnettes.

 

Chaque mot du plan représente un arrêt qui peut être approfondi et remis en connexion avec les autres arrêts et la (ou les) ligne(s) où il est situé. 

 

L'écriture se construit comme une architecture: partir du bas, du sous-sol, de ce qui se trouve en dessous de nos pieds (les galeries, les tunnels, les mythes, l'archéologie, l'étymologie) pour petit à petit remonter à la surface, au sol, où jaillit ce que nous acceptons de montrer de nous-mêmes.

 

L'horizon de ce travail d'écriture est une élévation progressive: aller vers le haut, vers la construction d'une constellation contemporaine, d'une ville qui, du fond de ses mythes, se fait ciel étoilé.

 

"Parfois, la ville parle. Elle me parle, je l’entends. T’entends ?

Ecoute !  Faut bien écouter…

C’est une bête curieuse la ville, avec plein de têtes et de bras. Elle a cent bouches de métro qui crient des mots, venus de très très loin… "

LA VIDEO

 

Créée et programmée par le réalisateur vidéo Alessandro Palmeri qui collabore au projet avec la Compagnia StultiferaNavis.

Elle est introduite pour questionner la manipulation d’images réagissant en direct à toutes les présences sur scène. Un système de captation et de restitution vidéo basé sur la programmation de Quarz Composer , relié à une Kinect Xbox, permet d’édifier sur scène un univers graphique d'images manipulables par les mouvements et les voix des comédiens/marionnettes. 

Dans le projet de création Urban Marionette, la vidéo est considérée comme une présence scénique à part entière et non pas comme une simple illustration des actions en scène. Structurée comme un flux d’images graphiques animées en direct, la vidéo dialogue avec les comédiens en créant une dimension spatiale évolutive tridimensionnelle.

 

Pour cela sont utilisés des logiciels de « programmation à nœuds » à travers lesquels il est possible de circonscrire les projections sur des géométries précises et de relier les images à des hardwares externes pour qu’elles puissent interagir en direct avec les sons et les mouvements réalisés par les comédiens sur scène.

 

Dans la première étape du travail nous avons vérifié les possibilités scénographiques avec la projection de lettres et de schémas graphiques sur une surface de tulle : l’actrice sur scène était ainsi suspendue dans un espace mental (le plan de l’Utopie) dans lequel elle pouvait bouger et où elle était entourée par son propre texte énoncé.

 

La recherche des étapes de travail suivantes a été celle d’élargir le flux des projections dans la scénographie en construisant une architecture graphique qui se modèle et réagit à toutes les présences sur scène: nous avons ainsi crée un « paysage » vivant dans lequel les comédiens évoluent dans une architecture mouvante. 

 

Ensuite, nous avons introduit la vidéo directement dans la marionnette: un système de captation et de restitution vidéo permet aux comédiens de manipuler en direct une marionnette qui fait réagir en direct des images vidéo tridimensionnelles à travers ses mouvements.

 

Cette recherche a permis de développer tout le potentiel de la « manipulation » du marionnettiste, sa capacité de donner une âme à une forme en perpétuelle quête de vie et de sens.

 

Logiciels utilisées

Programmation à nœuds: Quartz Composer

Post-production: Final-cut platform Mac

Effects: Adobe After Effects, Motion

3D: Cinéma 4d

Animation Kinect: Ni-Mate